Préfecture de Shizuoka : que faire ? Des dunes de Nakatajima au Mont Fuji

Préfecture de Shizuoka : que faire ? Des dunes de Nakatajima au Mont Fuji

Après avoir découvert la péninsule de Kii, la ville de Nagoya en 2 jours et la préfecture d’Aichi, nous voilà sur une nouvelle étape de ce long voyage de 3 mois au Japon : la préfecture de Shizuoka !

La préfecture de Shizuoka se situe à mi-chemin entre Tokyo et Osaka, non loin de Nagoya.

Remove the row

Column: 1

préfecture shizuoka

Lincun – 国土交通省 国土数値情報(行政区域)

Column: 2

Principalement réputée pour ses fraises, la préfecture de Shizuoka est relativement grande : elle débute à l’ouest à Hamamastu et s’étend jusqu’à Gotenba, à l’est, en intégrant toute la partie sud du Mont Fuji ainsi que l’intégralité de la péninsule d’Izu.

Il y a donc, comme vous vous en doutez, une multitude de choses à voir et à faire dans la préfecture de Shizuoka

J’étais hâtive d’écrire cet article sur la préfecture de Shizuoka, non pas parce que ce fut un coup de cœur comme la préfecture d’Hiroshima ou l’île Iriomote, mais parce que c’était une étape calme, reposante et immersive de notre long séjour au Japon dont je garde un excellent souvenir.

Nous avons traversé la préfecture de Shizuoka en quelques jours, de mémoire je dirais 5 jours, dont 2 sur la péninsule d’Izu. La liste des choses à faire dans la préfecture de Shizuoka que je vous présente ici n’est donc pas exhaustive, mais je vais essayer de la compléter comme il le faut !

Préfecture de Shizuoka : que faire ?

Dunes de Nakatajima

Dunes de Nakatajima

Remove the row

Column: 1

Dunes de Nakatajima

Column: 2

Dunes de Nakatajima

Moins connues que les dunes de Tottori, les dunes de Nakatajima sont des dunes artificielles situées dans la ville d’Hamamastu.

Longues de 4km et larges de 600 m (cf. Tourisme Japon), les dunes de Nakatajima sont très impressionnantes.

On y croise des familles, des pêcheurs solitaires, des jeunes qui tentent tant bien que mal de faire voler de gigantesques cerfs-volants, bref il y a beaucoup de vies. C’est agréable en plus d’être beau, et c’est un décor auquel on ne s’attend pas en venant au Japon.

C’est surement l’un de mes spots préférés dans la préfecture de Shizuoka. Même si elles sont artificielles, elles n’en sont pas moins belles.

Lors de notre passage sur les dunes de Nakatajima, le temps était gris et le vent soufflait fort, donnant ainsi une dimension très particulière à ce si beau lieu.

En allant voir les dunes de Nakatajima, faites un tour au château d’Hamamastu. Nous n’y avons pas été, car nous étions un peu pressés par le temps, mais celui-ci semble particulièrement beau, notamment au printemps ou en automne.

Dunes de Nakatajima

Rivière Tenryu

Nous sommes arrivés au bord de la rivière Tenryu grâce aux aléas de la vie en van : notre michi-no-eki du soir, repéré le matin même, se trouvait juste au bord.

Nous avons donc été amené à circuler tout autour de cette rivière qui serpente au cœur de la préfecture de Shizuoka et la surprise fut au rendez-vous.

Le tourisme autour de la rivière Tenryu est principalement local, et il est très limité.

Nichée entre plusieurs montagnes, la rivière Tenryu est bordée par de petits villages. S’y balader en véhicule ou à pied est plus qu’agréable, surtout sous beau temps, et encore plus pendant la saison des cerisiers.

Remove the row

Column: 1

Rivière Tenryu Shizuoka

Column: 2

Rivière Tenryu Shizuoka

Nous étions quasiment seuls à découvrir ce pont piéton qui relie les deux rives (que vous pouvez voir en photo de couverture de l’article) et à nous promener dans les jardins Tenryusozu Hanamomo no Sato. Ces jardins traversent un terrain qui semble être partagé par plusieurs fermes, vous y croiserez donc des producteurs locaux, mais vous y trouverez surtout un tunnel de fleurs de pêcher qui font toute la réputation du lieu.

Nous n’avons pas eu la chance de profiter de ces fleurs-là, nous sommes en effet arrivés quelques jours trop tard. Mais nous avons eu la chance de découvrir la rivière Tenryu sous les cerisiers en fleurs.

En pleine fleuraisons, nous avons découvert nos premiers cerisiers blancs, roses clairs et roses foncés, pour un spectacle à la hauteur de nos espérances lorsque l’on vient profiter du printemps au Japon.

La rivière de Tenryu n’est pas un lieu très touristique, vous profiterez donc d’une belle balade dans un Japon loin de tout. Comme dans tout michi-no-eki, celui de la rivière Tenryu propose un tableau présentant plusieurs activités dans le coin, vous pourrez donc vous y référez pour trouver des idées.

Château de Takane

Château de Takane Shizuoka

Le château de Takane est un lieu sur lequel je n’ai trouvé quasiment aucune information. Niché au sommet d’une colline, il surplombe une partie un peu isolée au nord de la ville d’Hamamastu.

Aujourd’hui en ruines, le château de Takane n’a été qu’en partie rénové. On y trouve quelques bâtiments et structure en bois, mais on ne peut pas pénétrer à l’intérieur.

J’ai trouvé la randonnée très agréable et la vue au sommet plus que plaisante.

Nous n’avons croisé qu’un grand-père et son petit-fils en balade, ainsi qu’un couple de retraité, en résumé : pas grand monde ! Le château de Takane est typiquement le genre de lieu que l’on trouve un peu partout au Japon où très peu de monde va, ce qui permet donc profiter d’une balade loin de la foule dans un Japon excentré.

Remove the row

Column: 1

Château de Takane Shizuoka

Column: 2

Château de Takane Shizuoka

Column: 3

Château de Takane Shizuoka

Château de Takane Shizuoka

Pour accéder au château de Takane, il faut se garer au parking Takanejo et suivre la route bétonnée qui monte jusqu’au début du sentier. Le parking est gratuit.

A mi-chemin dans la forêt, vous aurez le choix entre plusieurs chemins. Attention, les indications japonaises aiment bien montrer des choses qui n’existent plus ou qui ne sont pas du tout représentatives de la réalité … J’en parlerais d’ailleurs dans un article !

Nous avons choisi de prendre le chemin montant sur la gauche pour l’aller, et au retour nous sommes descendus par le chemin sur la droite, faisant ainsi toute une boucle. Prévoyez de bonnes chaussures de marche, ça grimpe bien !

Nous avons pris notre pic-nic avec nous et l’avons mangé au sommet de la colline, avec cette belle vue sous nos yeux, je ne peux que vous recommander de faire de même.

Péninsule d’Izu

péninsule d'izu shizuoka

L’un de mes coups de cœur japonais, et sans aucun doute mon tout premier amour au Japon : la péninsule d’Izu est un voyage hors des sentiers battus et l’une des plus belles destinations de la préfecture de Shizuoka.

Je ne vais en parler que brièvement ici puisque tout un article lui est dédié et que d’autres articles plus détaillés vont aussi arriver.

Pour la faire rapide : la péninsule d’Izu est un lieu très peu visité qui offre pourtant une vraie immersion dans la culture japonaise, notamment grâce au village de Matsuzaki et Perry Road. En dehors de ces lieux d’intérêts, la péninsule d’Izu se distingue par les incroyables points de vue qu’elle offre, certains même sur le Mont Fuji, et par ses paysages côtiers impressionnants.

Facilement accessible en voiture depuis Tokyo, la péninsule d’Izu peut clairement être visité pendant un séjour à Tokyo, le temps d’une excursion de quelques jours.

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à découvrir mes différents articles sur le sujet.

Fuji

champ de thé mont Fuji Shizuoka

Bien que la région des 5 lacs ne fasse pas partie de la préfecture de Shizuoka, la ville de Fuji, elle, oui.

Installée au pied de la montagne sacrée, la ville de Fuji vous emmène dans une ville très simple qui a comme particularité d’avoir en toile de fond l’immense Mont Fuji, nous rappelant en permanence notre petite taille.

C’est dans la ville de Fuji que vous pourrez découvrir le fameux spot photographique des champs de thé avec vue sur le Mont Fuji.

Qu’est-ce que j’ai galéré pour trouver ce spot !

La première fois, j’ai confondu ce spot avec le Nihondaira, dont je vous parle plus bas. Je l’ai donc raté.

La seconde fois, pendant mon voyage de 10 jours au Japon, je me suis rendue à ce point coordonnée-là qui n’est rien d’autre que le cœur d’un terrain de golf ! Je vous déconseille donc TRÈS fortement de vous y rendre.

Le vrai point GPS est celui-ci.

Les chutes de Shiraito

Chutes de Shiraito Mont Fuji Shizuoka

J’ai dédié tout un article sur les chutes de Shiraito qui sont tout simplement l’une de mes plus belles découvertes au Japon.

Bien que je m’attendais à un beau spectacle, vue sa réputation, je ne pensais tout de même pas qu’il serait si impressionnant.

J’ai eu un gros coup de cœur pour les chutes de Shiraito qui sont incroyablement belles, et qui proposent une vue sur le Mont Fuji vraiment unique.

Je n’en dirais pas plus dans cet article, et je vous laisserais en découvrir plus dans mon article sur les Chutes de Shiraito. Mais sachez que c’est un point d’arrêt obligatoire et incontournable dans la préfecture de Shizuoka.

La meilleure période pour y venir semble être à l’automne, et j’avoue avoir déjà hâte de revoir cette vue revêtue de son manteau orangé.

Plateau d’Asagiri

plateau asagiri Shizuoka Fuji

Le plateau d’Asagiri mérite lui aussi son propre article (à venir prochainement).

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre du plateau d’Asagiri. On trouve peu d’informations sur le sujet.

Il faut voir le plateau d’Asagiri comme un vaste espace où l’on trouve tout pleins de points de vue différents sur le Mont Fuji caractérisés par la présence des champs et des fermes.

On trouve également sur le plateau d’Asagiri un énorme michi-no-eki, qui se trouve à ce point GPS-là, qui propose un vaste choix de restauration et de magasins allant de la crèmerie au magasin de thé, en passant par la confiserie.

J’ai également cru comprendre qu’on pouvait faire quelques activités sur le plateau d’Asagiri comme du deltaplane. Information à confirmer si cela vous intéresse.

Le lac Tanuki

Lac Tanuki Shizuoka Mont Fuji

Le lac Tanuki est l’un de mes lacs préférés autour du Mont Fuji.

À l’inverse des lacs Kawaguchi et Ashi à Hakone, le lac Tanuki est particulièrement calme et loin de la foule.

Le tourisme est principalement local, et les activités se limitent à profiter du lieu en toute sérénité, soit en se posant tranquillement au bord, soit en faisant le tour le temps d’une belle balade.

Je dédirais aussi tout un article au lac Tanuki (à venir prochainement). Je donnerais seulement un conseil dans cet article : prévoyez un pique-nique et venez profiter du soleil du midi au lac Tanuki ! C’est mon seul regret pendant mon excursion au Mont Fuji depuis Tokyo : ne pas avoir prévu le coup.

Nihondaira

Nihondaira Shizuoka

Point de vue très connu sur le Mont Fuji, le Nihondaira est un parc aménagé avec plusieurs structures, entièrement gratuit.

Restaurants, cafés, boutiques de souvenirs : c’est clairement un site touristique, et il y a du monde ! Si vous le pouvez, essayer de venir de bonnes heures pour ne pas vous retrouver dans la masse de visiteurs et profitez plus sereinement du lieu.

En tout cas, la vue offerte sur le Mont Fuji, avec en premier plan la ville de Shizuoka, est très belle et mérite amplement le détour. Je ne peux que vous encourager à découvrir le Nihondaira

Attention cependant à la météo : pour espérer découvrir le Mont Fuji sous ses plus beaux traits, il faudra un ciel bien dégagé. Lors de notre première venue, il était impossible de le distinguer !

Pour compléter

Voici une petite liste, non exhaustive, de toutes les choses à faire et à voir dans la préfecture de Shizuoka, que je ne vous présente pas car je ne les connais pas, mais qui peut vous servir à organiser votre road trip :

Préfecture de Shizuoka : mon ressenti

Après avoir découvert la nature dans la préfecture de Wakayama, j’ai adoré arpenter la préfecture de Shizuoka qui est particulièrement calme.

À l’inverse de la préfecture de Mie que je n’avais pas trop apprécié, la préfecture de Shizuoka est une invitation au road-trip aux multiples arrêts divers et variés.

C’est en traversant la préfecture de Shizuoka qu’a eu lieu ma première rencontre avec le Mont Fuji, que je n’oublierais jamais. Et c’est également au sein de la préfecture de Shizuoka que j’ai pu le plus profiter des cerisiers en fleurs.

Je garde un souvenir très doux de ce passage dans la préfecture de Shizuoka. Avant d’éditer et de compléter cet article, j’y avais écrit : « je pense y retourner un jour pour découvrir tous les coins que je n’ai pas eu l’occasion de voir pour cette première fois. » et c’est exactement ce que j’ai fait lors de mon second séjour au Japon.

J’ai donc déjà découvert à 2 reprises la préfecture de Shizuoka, et je sais que j’y reviendrais encore. C’est une préfecture riche en point d’intérêts, et ses vues sur le Mont Fuji sont inégalables.

Je pense pouvoir dire que c’est une de mes préfectures préférées, rien que pour la péninsule d’Izu et ses points d’intérêts autour du Mont Fuji.

Si vous êtes en mode road-trip au Japon, n’hésitez vraiment pas à découvrir la préfecture de Shizuoka, il y a pleins de belles choses à faire et à voir, et vous aurez la chance d’être quasi seuls sur place.

Préfecture de Shizuoka

Remove the row

Column: 1

Château de Takane Shizuoka

Column: 2

Château de Takane Shizuoka

Column: 3

Château de Takane Shizuoka

Et vous, vous avez déjà visité la préfecture de Shizuoka ? 
Si oui, qu’avez-vous découvert ? 
Si non, est-ce une destination japonaise qui vous fait de l’œil ? 

2 commentaires

  1. 2 décembre 2019 / 20 h 10 min

    Encore un beau reportage sur le Japon ! On en apprends toujours plus grâce à toi 🙂

    • 3 décembre 2019 / 19 h 51 min

      J’espère que tout cela te fait découvrir d’autres lieux du Japon qui te donnent envie 🙂

Vous avez aimé cet article ? Vous avez une question ? N'hésitez pas me laisser un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.