Daimonzaka

Road trip dans la Péninsule de Kii : itinéraire, conseils et budget

Qu’est-ce que la Péninsule de Kii ? Qu’y a-t-il à voir et à faire ? Comment me déplacer dans la Péninsule de Kii ? Quel itinéraire avoir ? Quel budget prévoir ? Quelles sont les choses à savoir ? Comment organiser au mieux mon road trip ?

La Péninsule de Kii se situe sur l’île principale du Japon, Honshū, juste en dessous d’Osaka. C’est la plus grande péninsule du Japon et elle est composée de 3 préfectures :

  • la préfecture de Nara,
  • la préfecture de Wakayama
  • et la préfecture de Mie

péninsule de kii

Pendant mon séjour de 3 mois au Japon, il été prévu de passer plus ou moins une semaine dans la Péninsule de Kii juste après nos 4 jours à Tokyo. Rien n’a été prévu à l’avance, tout s’est fait sur le moment présent (à part Koyasan qui était le point de départ). Il y a donc très certainement des lieux que nous avons raté, mais j’espère tout de même réussir à vous montrer ici que la Péninsule de Kii a beaucoup à offrir.

Il y a toute une préfecture que nous avons choisi de mettre de côté dans ce road trip : la préfecture de Nara. Un peu par manque de temps et aussi parce que nous allons passé plusieurs jours, plus tard dans le séjour, dans la ville de Nara, ce qui aurait fait des aller-retours dont nous n’avions pas envie. Mais je vous avoue être très triste d’être passée à côté de Yoshinoyama, le mont aux 30 000 cerisiers. Si vous pouvez l’ajouter à votre itinéraire n’hésitez pas, je pense que c’est une valeur sûre.

Je vais donc vous présenter ici notre itinéraire dans la préfecture de Wakayama et dans la préfecture de Mie. Le tout assez brièvement pour ne pas rendre l’article trop dense, et j’écrirais plus tard (surement à mon retour, donc dans quelques mois) des articles plus précis sur chaque préfecture.

Cet itinéraire dans la péninsule de Kii s’étale sur 10 jours.

Sommaire de l’article :

Préfecture de Wakayama

La préfecture de Wakayama est ma préférée de ce roadtrip dans la péninsule de Kii. Tout d’abord car elle a été ma première rencontre avec la campagne japonaise, et également parce qu’elle est bourrée de magnifiques lieux à découvrir et re-découvrir. Aussi, j’ai trouvé la préfecture de Wakayama plus adaptée et plus accessible pour un roadtrip, mais j’en parlerais mieux dans la partie « Conseils et astuces ».

Très de bavardages, je vous emmène avec moi au cœur de la préfecture de Wakayama, sur la partie ouest de la péninsule de Kii.

itinéraire préfecture de wakayama

Sommaire de la section :

Koyasan

koyasan ekoin temple peninsule de kii itinéraire

Notre chambre au temple Eko-In

Koyasan est sans aucun doute le lieu le plus connu et le plus réputé de cet itinéraire dans la péninsule de Kii.

Situé sur le Mont Koya, Koyasan est un complexe de 117 temples bouddhistes. Véritable ville religieuse, Koyasan se compose principalement d’une grande rue bordée de tous les côtés par des temples. C’est un lieu idéal pour tester un hébergement insolite au Japon : le Shukubo qui consiste à dormir dans un temple. Pour notre part, nous avons logé au Eko-In Temple qui fut très belle expérience dont je vous parlerais plus en détails dans un article dédié.

Pour être tout à fait honnête, la ville de Koyasan m’a quelque peu laissée indifférente. Sans la superbe expérience du Shukubo et le très renommé Okunoin Gobyo, j’aurais été déçue de mon passage ici. Les temples sont tous très beaux, mais il manquait à mon sens un petit quelque chose pour que j’accroche réellement avec la ville. Ou peut-être est-ce le fait que j’ai entendu à maintes reprises que le lieu était « incroyable » et « magique » qui a fait que je m’attendais à quelque chose où ces adjectifs entreraient en résonance pour moi, alors que visiblement nous n’avons pas tous les mêmes attentes.

Okuno-in Gobyo

okuno-in koyasan peninsule de kii

Remove the row

Column: 1

okuno-in koyasan peninsule de kii

Column: 2

okuno-in koyasan peninsule de kii

L’Okuno-in Gobyo est le plus grand cimetière du Japon. Niché en pleine forêt de cèdres centenaires et composé de 200 000 tombes, l’Okuno-in Gobyo offre sur 2 km une marche mystérieuse, silencieuse et contemplative avant d’atteindre le mausolée de Kobo Daishi (l’un des fondateurs du culte bouddhiste d’aujourd’hui).

Le lieu est relativement prisé, prévoyez donc de vous lever de bonnes heures pour profiter de la sérénité du lieu.

Si vous logez au Eko-In Temple comme moi, vous pourrez, sur place, réserver une visite guidée de nuit dans le cimetière. Je n’ai malheureusement pas pu la faire car je ne parle pas assez bien anglais, mais il parait qu’elle vaut clairement le coût pour la mine d’informations qu’elle représente.

Kizekkyo Gorge

Kizekkyo Gorge Péninsule de Kii

Indiquées sur aucun guide (et je suis partie avec 4 guides !) et impossibles à trouver sur un quelconque site français, les Kizekkyo Gorge sont mon premier coup de cœur de ce road trip dans la péninsule de Kii : aucun touriste, seulement quelques locaux et des moines, et surtout une magnifique surprise au bout du chemin.

Nous sommes tombés par pur hasard sur les Kizekkyo Gorge. Le parking est minuscule (peut-être 5 places ?) et le spot se situe en bord de route de montagne. A premières vues rien de bien palpitant.

Pourtant, derrière ce magnifique pont rouge qui surplombe le courant d’eau se trouve un petit jardin avec une toute belle cascade et le début d’un sentier de randonnée qui mène jusqu’au sommet du Mont Takao. Au bout de seulement 200m de montées, de spectaculaires bouddhas gravés dans la roche apparaissent au-dessus de nous.

Kizekkyo Gorge Péninsule de Kii

Un moment de découverte vraiment unique que j’ai rarement eu l’occasion de vivre.

Bien que ce blog soit ma passion et que les blogs que je lis m’aident à préparer au mieux mes voyages, il faut avouer que l’on perd aussi ce petit côté de pure surprise puisque l’on sait déjà, plus ou moins, à quoi s’attendre et ce que l’on va trouver sur notre chemin. Ici je ne savais pas du tout ce que j’allais découvrir, et ce spectacle m’a particulièrement touchée.

Shirahama

Shirahama est une ville thermale située au bord de l’eau. Son nom signifiant « plage blanche » vous donne tout de suite une idée de ce que vous allez y trouver : de grandes plages, des restaurants autour du poisson et des fruits de mer, des formations rocheuses et de magnifiques vues sur les côtes et les îles voisines.

Assez prisée par les locaux et les touristes chinois, ne vous attendez pas à trouver à Shirahama un lieu de tranquillité. En même temps, il faut avouer que la ville a de quoi plaire !

Sandanbeki Rock Cliff

Sandanbeki Rock Cliff Shirahama

Sandanbeki Rock Cliff est le nom d’un spot qui regroupe plusieurs points d’intérêt :

  • Un point de vue sur les côtes de Shirahama
  • Une balade sur les formations rocheuses que l’on peut admirer depuis le point de vue énoncé au-dessus
  • Une grotte (Sandanbeki Dokutsu Cave), située juste à côté du point de vue, qui se visite moyennant 1 300 yens (environ 10 euros)

Nous avons fait les 3, et je vous recommanderais d’en faire autant : c’est beau, c’est calme et c’est plaisant. J’émet tout de même une réserve sur la Sandanbeki Dokutsu Cave qui reste a un tarif élevé pour une visite relativement rapide (environ 20 minutes). Je n’ai pas de regret de l’avoir fait, même si en soit elle n’était pas extraordinaire comparée à d’autres caves que j’ai pu découvrir, mais j’avoue que le tarif n’est pas justifié.

Senjojiki

Senjojiki Shirahama

Senjojiki qui veut dire « 1 000 tatamis » est le nom de formations rocheuses qui, empilées, formeraient ces 1000 tatamis. Le spot est particulièrement joli avec toutes les nuances de couleurs et de formes des roches.

Attention, le spot est extrêmement soumis au vent des côtes, il fait donc très froid. Aussi, il y a beaucoup de monde, prévoyez donc de venir soit tôt soit tard.

Engetsu-to

engetsu-to wakayama

La star de Shirahama, c’est l’incroyable île Engetsu-to et son magnifique coucher de soleil.

Cette île, a la forme bien particulière, pourrait bien disparaître dans les prochaines années à cause des désagréments causés par le vent de plus en plus fort depuis 2009. Croisons les doigts pour ce moment soit à jamais repoussé !

Cette formation naturelle déjà incroyable prend une dimension encore plus spectaculaire au coucher du soleil lorsque ce dernier vient se faufiler dans l’axe du trou de la voûte.

Je pense qu’il n’y a pas besoin de vous préciser que Engestu-to fut mon second coup de cœur lors de ce road trip dans la péninsule de Kii.

Hongu

Kumano Hongu Taisha

La ville de Hongu est particulièrement connue pour son sanctuaire Kumano Hongu Taisha qui fait partie des grands sanctuaires du Kumano Kodo.

Le Kumano Kodo est un ensemble de chemins de pèlerinage qui parcourt la péninsule de Kii. Ces « Sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les Monts de Kii » sont inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 2004. Ils se font tous à pied, et trouvent leur point de départ à de nombreux endroits, comme Koyasan par exemple. Pour plus d’informations sur le Kumano Kodo, je vous renvoie sur Tb-Kumano.

Hormis le grand Kumano Hongu Taisha, c’est un autre édifice qui a particulièrement attiré mon attention : le Kumano Hongu Taisha Kyushachi Oyunohara.

Kumano Hongu Taisha Kyushachi Oyunohara

Oyunohara Hongu Péninsule de Kii

Le Kumano Hongu Taisha Kyushachi Oyunohara, ou plus simplement Oyunohara (les japonais ont 40 noms pour un même endroit … je vous parlerais de ça plus tard également) est le plus grand torii du Japon (et du monde). Large de 42 mètres et haut de 34 mètres, on se sent vraiment minuscules à ses côtés.

J’ai beaucoup aimé l’emplacement du Oyuohara : en plein milieu d’un champ bordé d’un côté par la rivière de l’autre par la ville, il semble s’imposer face à nous, au bout d’une longue route à pied, comme un jugement : « es-tu prêt(e) ? »

Yunomine Onsen

Remove the row

Column: 1

yumomine onsen

Column: 2

yumomine onsen

Yunomine Onsen est un village thermal assez réputé qui tient son nom de sa source d’eau chaude. Cette dernière a la réputation d’être la plus ancienne source chaude du Japon.

Yunomine Onsen fait partie du Kumano Kodo dont je vous parle juste au-dessus. Les pèlerins venaient s’y purifier après leurs longs voyages avant de rejoindre le Kumano Hongu Taisha (présenté ci-dessus, à Hongu)

C’est le premier village onsen que nous avons visité, et bien qu’il soit particulièrement petit, il en reste tout de moins très intéressant et relaxant. Cette étape, une fois de plus « par hasard » pendant notre road trip dans la péninsule de Kii, fut l’une de nos préférées. Nous y avons consacré plus d’une demi-journée à barboter, se promener et se relaxer.

Vous y trouverez de nombreux onsens et ryokans, et en son centre une rivière où les locaux et les visiteurs viennent pique-niquer, principalement des œufs durs  directement bouillis dans l’eau thermal qui jaillit d’un petit bassin.

Tsuboyu

tsuboyu world heritage

Tsuboyu est un bain thermal classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. C’est d’ailleurs le seul onsen ayant ce prestige où l’on peut se baigner. Les qualités de son eau font l’objet de l’histoire de « Oguri Hangan et Princesse Terute » qui raconte qu’elle aurait soigné un mourant de sa maladie.

Le Tsuboyu se trouve être un tout petit onsen rond, extrêmement chaud, dans une petite cabine en bois au bord de la rivière. Il est possible de le privatiser pendant 30 minutes pour 1 ou 2 personnes pour seulement 750 yens (environ 6 euros), ce qui en fait un onsen très populaires auprès des couples.

Sen-nin Waterfall

Remove the row

Column: 1

Sen-nin Waterfall

Column: 2

Sen-nin Waterfall

Sen-nin Waterfall est une cascade cachée sur le Mont Otake, non loin de Nachikatsura.

Le chemin de randonnée ne semble pas être entretenu, ce qui en fait un sentier plutôt difficile, non pas en distance ou en dénivelé, mais plutôt au niveau sécuritaire. Cela en fait donc un sentier très peu emprunté : si vous cherchez un endroit pour être tranquille, c’est ici !

En revanche, nous sommes ici en campagne japonaise et non loin des rizières, je déconseillerais donc l’été pour les moustiques d’autant plus si vous n’avez pas fait le vaccin contre l’encéphalite japonaise.

Nachikatsura

Remove the row

Column: 1

Nachikatsura

Column: 2

Nachikatsura

Nachikatsura est un bourg dans la partie sud-est de la préfecture de Wakayama, à quelques kilomètres de la préfecture de Mie. Si le nom ne vous dit rien, je vous laisse découvrir la suite pour vous rendre compte que vous connaissiez Nachikatsura sans le savoir.

C’est en effet ici que se trouve le fameux Daimonzaka qui mène tout droit au sanctuaire Kumano Nachi-Taisha, l’un des grands sanctuaires du Kumano Kodo, qui est composé, entres autres, du Seiganto-ji, ce fameux temple sur fond de cascade dont vous avez sans doute vue et revue la photo.

Je n’ai donc pas besoin d’aller plus loin, vous l’aurez compris : Nachikatsura est un incontournable de la préfecture de Wakayama et de la péninsule de Kii.

Daimonzaka

Daimonzaka

Le Daimonzaka fait partie des chemins de pèlerinages du Kumano Kodo. C’est le seul que nous avons emprunté, et sans regret.

Ce long escalier de pierre mène tout droit au Kumano Nachi-Taisha, un grand sanctuaire qui surplombe la ville et vous offre donc une vue imprenable particulièrement jolie au printemps.

Le chemin vous engouffre dans une forêt où les arbres sont immenses et imposants, avec un calme sans égale. L’ambiance est sereine, le paysage est magnifique. C’est une savoureuse petite balade qui s’offre à vous. Vous pouvez monter directement au Kumano Nachi-Taisha et au Seiganto-ji en voiture, mais il serait vraiment dommage de passer à côté de ce moment de spiritualité que vous offre le Daimonzaka.

Seiganto-ji et Nachi

Seiganto-ji et Nachi

Le Kumano Nachi-Taisha est composé de plusieurs temples plus ou moins grands, dont le Seiganto-ji qui fait face à la cascade Nachi.

Le printemps est la meilleure saison pour découvrir ce lieu. Avec tous les cerisiers qui s’y trouvent, le décor est vraiment magnifique.

Vous pouvez pénétrer dans le Seiganto-ji pour vous offrir une nouvelle vue sur Nachi moyennant 300 yens (environ 2,40 euros). Nous avons fait le choix de ne pas le faire, donc je ne peux pas vous en parler plus que ça.

Préfecture de Mie

La préfecture de Mie se trouve sur la partie Est de la péninsule de Kii. Elle commence a quelques kilomètres de Nachikatsura et termine non loin de Nagoya.

Il n’a pas été très évident de trouver des spots à voir et des choses à faire car au final peu de bloggueurs semblent y avoir mis les pieds et que mes guides m’ont prouvé une fois de plus qu’ils étaient totalement inutiles pour bon nombres d’étapes de ce voyage.

On y est donc aller encore une fois au feeling, et je dois vous avouer que ce dernier est moins bien passé qu’avec la préfecture de Wakayama. J’ai globalement trouvé la préfecture de Mie plus touristique et moins authentique.

Partons ensemble à la découverte de la préfecture de Mie, avec ses excellents spots et ses moins bonnes surprises !

itinéraire préfecture de mie

Sommaire de la section :

Mieshima Observatory

 Mieshima Observatory mie péninsule de kii

Le Mieshima Observatory est un spot très peu convoité où nous n’avons croisé que deux couples de locaux. Il semble n’être accessible qu’en voiture, ce qui pourrait expliquer qu’il ne soit pas pris d’assaut malgré sa beauté.

Depuis le Mieshima Observatory on peut enchaîner plusieurs points de vue tous aussi jolis les uns que les autres. L’attraction principale de ce spot est la crique centrale qui, depuis ce point de vue, semble former un cœur. C’est d’ailleurs pour cela que le Mieshima Observatory est considéré comme un lieu saint pour les amoureux, avec une cloche à sonner pour y faire son vœu.

En bref, une bien belle découverte !

Baie d’Ago

Baie d'Ago Mie Péninsule de Kii

La baie d’Ago se situe dans la ville de Shima. Au-delà des différents points de vue qui permettent d’admirer sa beauté, elle est particulièrement réputée pour son histoire : c’est ici que fut mise au point la culture de perles. Il y a d’ailleurs tout un musée qui en parle pour les plus curieux, vous pourrez entre autres y observer des plongeuses, nommées ama, qui perpétuent la tradition de plonger en apnée.

Vous pouvez aussi découvrir la baie d’Ago en bateau. Beaucoup de croisières semblent être proposées. Pour notre part nous avons choisi une randonnée qui commence au belvédère de Yokoyama et qui permet d’enchaîner plusieurs points de vue sur la baie d’Ago.

Le belvédère de Yokoyama est très prisé, il peut donc être assez difficile de se garer. Mais au plus vous avancerez dans la randonnée, au moins il y aura de monde. Tout au bout, nous étions même seuls !

Meoto Iwa

Meoto Iwa Mie Péninsule de Kii

Motoe Iwa est un lieu sacré où se trouvent deux rochers mariés, unis par une grosse corde de paille de riz, shimenawa, elle-même sacrée. Ces deux rochers représentent les deux divinités fondatrices du Japon : Izanagi et Izanami.

Le lieu se trouve dans le sanctuaire shintoïste Okitawa. Situé sur les côtes de la péninsule de Kii, le vent souffle très fort. Le bruit des vagues qui viennent se fracasser contre le Meoto Iwa rend compte de la force de la nature, et le spectacle est tout aussi beau en plein jour qu’au coucher du soleil.

Le lieu est très connu et très prisé autant par les japonais que par les étrangers. Le parking gratuit est vraiment petit, il vaut mieux se garer plus loin et marcher si vous ne souhaitez pas stationner dans un parking payant.

Toba

Toba est une ville se situant à mi-chemin entre Shima, où se trouve la Baie d’Ago, et Ise, où se trouve l’Okage Yokocho Ancient Street. Le temps commençant à devenir bien rude avec des températures négatives la nuit, c’est ici que nous avons logés une nuit pour nous reposer.

En attendant le check-in de l’hôtel, nous avons donc cherché désespérément quelque chose à faire à Toba. Et il faut l’avouer : bien qu’elle soit présentée comme très touristique, je n’ai pas trouvé Toba très attractive.

La seule chose que nous y ayons trouvé fut le Shiroyama Park qui offre une très jolie vue sur la ville et l’île voisine.

Toba Mie Péninsule de Kii

Ise

Ise est une ville principalement connue pour le sanctuaire Ise-jingu qui est considéré comme le sanctuaire shinto le plus important du Japon. Juste à ses côtés se tient l’Okage Yokocho Ancient Street.

Okage Yokocho Ancient Street

L’Okage Yokocho Ancient Street profite d’une réputation très élogieuse qui en fait un lieu très touristique.

Nous avons essayé d’y aller par deux fois mais nous avons finalement laissé tomber. Il y avait beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde et tous les parkings sont payants. La circulation était quasiment à l’arrêt en voiture, et lorsque nous voyons la foule qui se dirigeait vers l’Okage Yokocho Ancient Street, nous avons finalement préféré passer notre chemin.

Je ne pourrais donc pas vous en parler plus que ça : l’Okage Yokocho Ancient Street est une reproduction d’une rue typique de l’ère d’Edo où vous trouverez de nombreux restaurants et boutiques artisanales.

Akame 48 Waterfalls

Akame 48 Waterfalls

J’avais déjà entendu parler du site Akame 48 Waterfalls avant mon départ, mais je ne savais pas qu’il se situait dans la préfecture de Mie. Ce fut donc une belle surprise de le trouver sur ma route. Mais pas de chance pour nous : ce jour-là la pluie et la grêle se sont abattus sur nous, rendant notre visite, solitaire certes, mais surtout peu agréable.

Je ne sais pas si c’est la saison qui fait ça, mais les cascades étaient bien moins impressionnantes en vrai que sur les photos promotionnelles. Il en va de même pour les cours d’eau. En revanche, toute la vallée dans laquelle nous pénétrons au fil de la visite est vraiment magnifique. Le décor est grandiose, on s’y sent tout petit.

Pour la petite histoire : c’est ici que les ninjas venaient s’entraîner !

Le site ferme ses portes à 17h. Il n’y a aucun éclairage et pas de réseau. Il est donc demandé aux visiteurs de revenir sur leur pas à partir d’une certaine heure en fonction de leur avancée dans le parcours. En gros, si vous souhaitez voir toutes les cascades, venez dès le matin pour ne pas être pressés par le temps. Nous sommes arrivés à 14h30, et on nous a indiquait sur le plan à partir de quelle étape nous devions faire demi-tour pour rentrer à temps.

L’entrée coûte 1 000 yens par personne et le parking est payant. Avec notre van, nous avons payés 800 yens pour nous garer au lieu de 250 yens, alors que nous prenons seulement la place d’une voiture classique … Bref, c’est à ce moment-là que nous avons commencé à comprendre que les parkings gratuits dans la préfecture de Mie se font rares. Mais je vous avoue que là, je me suis vraiment sentie extorquée : le parking était quasiment au même prix que la visite !

Iga

iga chateau ueno

Iga fut surement notre premier choc urbain : la ville est particulièrement moche. Elle ressemble à s’y méprendre à une immense zone commerciale avec de longs couloirs routiers bordés par des magasins et des restaurants de tous les côtés.

Au milieu de tous ces bâtiments se dresse le parc d’Ueno où se trouve le Château d’Iga Ueno. Le parking de ce parc coûte 500 yens.

Iga est réputée pour son école de ninjas qui était l’une des plus prestigieuses et c’est donc tout naturellement qu’on y trouve le Musée des Ninjas (qui est d’ailleurs le seul du Japon).

Musée des Ninjas

musée des ninjas iga

Une bonne surprise à laquelle on ne s’attendait pas. Le musée des Ninjas fut une de nos étapes préférées dans la préfecture de Mie. On y apprend pleins de choses sur les techniques ninjas, leur histoire et leur mode de vie.

La visite se compose de plusieurs salles :

  • La maison des ninjas : une maison traditionnelle où un membre du staff nous montre les différents pièges et astuces qu’elle contient. Notre « guide » était excellent : très drôle et avec un très bon anglais. Nous avions également la chance d’être seuls. Bref, un excellent moment.
  • La salle des techniques ninjas : une salle d’exposition où vous verrez les différents outils et les différentes techniques des ninjas utilisés dans le cadre de leur mission.
  • La salle des traditions ninjas : une salle d’exposition qui retrace la vie d’un ninja, et vous explique ses us et coutumes. De loin ma salle préférée pour tout ce qu’on y apprend !
  • Le spectacle Ninja : une représentation de 30 minutes des techniques utilisées par les ninjas lors des combats, le tout sur fond d’humour typiquement japonais. Un moment bien sympathique.

Le musée coûte 756 yens (environ 6 euros) et le spectacle ninja coûte 400 yens (environ 3,20 euros). En bref, un très bon musée qui ne coûte pas cher, ce serait donc dommage de s’en priver !

Nabano no Sato

nabano no sato

Sans aucun doute LA déception de cet itinéraire. LE lieu que je ne vous recommanderais pas.

Nabano no Sato est un parc floral principalement réputée pour ses illuminations d’hiver. Avec tous les éloges que j’ai lu sur ce parc, j’avais certaines attentes, et encore plus lorsque j’ai vue le prix d’entrée. Et quelle ne fut ma déception : le parc est minuscule, les fleurs ne sont même pas entretenues à certains endroits et c’est totalement blindé de monde.

Les photos sont peut-être jolies, mais l’expérience n’était pas bonne. Je n’ai eu aucun plaisir avec tout ce monde, tout ce bruit et le peu de choses à voir pour le prix payé. Bref, ce n’est clairement pas un lieu que je recommanderais. Le Japon a tellement plus à offrir !

Pendant les illuminations d’hiver, le parc affiche un prix d’entrée à 2 300 yens (environ 18 euros). Le reste de l’année, le prix passe à 1 600 yens (environ 13 euros).

Budget pour un road trip de 10 jours dans la Péninsule de Kii

Je ne vais pas rentrer dans les détails des dépenses ici car je le ferais dans un article dédié au budget pour découvrir le Japon en van. Ici je vous donne juste nos dépenses globales pour vous donner un ordre d’idées sur le coût de la vie dans la péninsule de Kii :

  • Location du van : 89 000 yens (environ 710 euros) à diviser
  • Essence : 14 849 yens (environ 119 euros) à diviser
  • Alimentaire : 24 842 yens (environ 198 euros) à diviser
  • Parking : 1 300 yens (environ 10 euros) à diviser
  • Activités : 6 506 yens (environ 52 euros) par personne
  • Onsen/Sentos : 1 450 yens (environ 19,50 euros) par personne

Soit un total de 72 951,5 yens par personne, soit environ 590 euros par personne pour un road trip de 10 jours dans la péninsule de Kii.

Je ne compte pas ici les hébergements que nous avons pris pendant le road trip car ils ne sont pas nécessaires à la réalisation de ce dernier puisqu’il y a le van. Ils n’ont été que le fruit de nos envies de repos à certains moments, et le montant que nous y avons mis peut totalement varier selon les personnes et les endroits où elles vont décider de s’arrêter pour prendre un hôtel.

Conseils et astuces

  • La péninsule de Kii, comme tout le reste du Japon en réalité, est une région très montagneuse. Les routes ne sont pas toujours très bien entretenues, faites donc attention sur la route.
  • Pour éviter les frais d’autoroutes, nous avions cochés sur Google Maps « éviter les péages » ET « éviter les autoroutes » par précaution. Je vous déconseille de faire de même : nous nous sommes retrouvés sur des routes vraiment dangereuses. En cochant uniquement « éviter les péages » vous emprunterais les parcelles d’autoroute gratuites. Ça semble logique hein mais nous avions peur que Google ne soit pas forcément au point sur les péages des autoroutes japonaises, ce qui n’est pas le cas.
  • Attention au temps indiqué par Google Maps pour arriver à destination : généralement, nous mettions quasiment 2x plus de temps lorsque nous roulions que sur les routes de montagne.
  • La plupart des lieux touristiques de la préfecture de Mie sont entourés de parkings payants. Cela tourne généralement autour des 500 yens. C’est d’ailleurs une des raisons qui explique ma préférence pour la préfecture de Wakayama où je n’ai jamais eu aucun soucis pour me garer gratuitement.

Pour conclure

La péninsule de Kii fut une merveilleuse découverte et un excellent « premier pas » en campagne japonaise.

Nous regrettons cependant d’avoir passé trop de temps à Mie qui n’a pas su nous convaincre. Cela a eu une répercussion bien embêtante sur la suite du road trip : nous n’avions plus beaucoup de temps pour la péninsule d’Izu, mon coup de cœur japonais.

Aussi nous regrettons de ne pas avoir découvert la préfecture de Nara. Mais il fallait faire des choix, donc ce sera pour une prochaine fois !

Nous avons vraiment aimé la préfecture de Wakayama qui regorge de petits spots secrets et de très belles routes. Pour une escapade nature sans trop de monde et une immersion dans la culture japonaise, Wakayama est une très bonne destination.

koyasan torii

Et vous, vous avez déjà visité la péninsule de Kii ?
Si oui, quels ont été vos coups de cœur ? Si non, est-ce un voyage qui vous tenterait ?

2 commentaires

  1. 24 avril 2019 / 7 h 00 min

    Super article, merci pour toutes ses astuces et conseils qui donne envie de partir explorer les « dessous » du Japon 🙂

    Elodie (@bonjour__berlin)

    • 29 avril 2019 / 10 h 57 min

      Avec grand plaisir, merci à toi d’être passée par ici ! De nouveaux « dessous » arrivent bientôt 🙂

Vous avez aimé cet article ? Vous avez une question ? N'hésitez pas me laisser un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.