Voir des matsuri au Japon : comment organiser son voyage ?

Voir des matsuri au Japon : comment organiser son voyage ?

Comment voir des matsuri au Japon  ?

Si l’on devait citer UN avantage à voyager au Japon pendant l’été, c’est bien les matsuri ! Omniprésentes durant toute la période estivale, ces fêtes animent la tombée du jour aux quatre coins du pays du Soleil-Levant, et ce, pour notre plus grand plaisir.

Mon itinéraire d’un mois au Japon à l’été 2023 a particulièrement été soumis à la présence des matsuri. Connue pour accueillir certains des plus gros matsuri au pays, la région du Tohoku était clairement le bon endroit où aller pour moi : j’allais assister au célèbre Nebuta Festival d’Aomori, entre autres, et j’allais échapper à la chaleur de l’été en me dirigeant vers le nord. Tel était donc le plan initialement. Mais organiser son séjour en fonction des matsuri n’est pas chose évidente, et encore moins lorsqu’il n’y a quasiment aucune information disponible en français sur le sujet.

Alors après vous avoir présenté tous les avantages et inconvénients du voyage au Japon en été, je reviens cette fois-ci sur l’un de ces plus gros avantages, les matsuri, avec tous mes conseils pour réussir votre voyage en les intégrant au mieux à votre programme.

Mais avant toute chose… de quoi on parle ?

C’est quoi, un matsuri ?

Fêtes traditionnelles, plus ou moins grandes et plus ou moins connues, les matsuri sont des célébrations publiques qui rythment le quotidien des Japonais. Si cet article parle principalement des matsuri en été, parce que c’est à cette saison qu’on en trouve le plus, ces festivités se tiennent en réalité toute l’année. Nous avons d’ailleurs découvert pour la première fois le quartier traditionnel de Tokyo, Asakusa, lors du Shunbun no hi, l’équinoxe du printemps, en mars 2019 et sans le savoir (on a été bien chanceux !).

Les matsuri s’inscrivent généralement dans le cadre d’une religion ou d’une croyance. On vient célébrer un kami, pour espérer une bonne récolte, une bonne fortune ou encore éradiquer une maladie. Mais réduire les matsuri à des fêtes religieuses serait une erreur, car nombreuses sont les festivités qui n’ont pas de racines spirituelles, mais plutôt historiques (hommages, événements, etc.) ou populaires. Il est difficile d’identifier clairement toutes les origines des matsuri, car ces célébrations s’adaptent et évoluent au fil du temps.

Si vous voulez en savoir plus sur les matsuri, je vous invite à découvrir l’article que j’avais écrit pour Journal du Japon en 2021, juste ici.

Pour nous, voyageurs étrangers, les matsuri sont une opportunité sans pareil pour découvrir la vie locale et profiter de cette ambiance japonaise si caractéristique : street-food, danse, chant, feux d’artifices… Nombreux sont les locaux qui profitent de l’occasion pour sortir leur plus beau yukata, et voilà qu’on se croirait tout droit sorti de nos shojo préférés.

Mais si les matsuri sont en nombre, il n’en reste pas moins difficile de savoir où aller, et encore moins quand, pour réussir à organiser son voyage au Japon de sorte à assister à un ou plusieurs matsuri. En effet, les pièges sont nombreux : dates changeantes, localisations peu précises, informations en japonais, liste non exhaustive,…

Bref, organiser ce séjour de l’été 2023 n’a pas été de tout repos, et j’ai fait pas mal d’erreurs, alors je vous livre ici tous les enseignements que j’en ai tirés, dans l’espoir de vous faciliter la tâche.

Matsuri Japon

Voir des matsuri au Japon : chercher, et anticiper !

La première chose à savoir avant d’organiser son séjour au Japon dans l’intention d’assister à des matsuri, c’est qu’il est nécessaire et indispensable de s’y prendre le plus tôt possible si vous avez dans votre liste des matsuri particulièrement connus et réputés.

Citons, par exemple, les matsuri du Tohoku : que ce soit le Nebuta Matsuri d’Aomori, le Hanagasa Masturi dans la préfecture de Yamagata, le Kantô Matsuri dans la préfecture d’Akita, le Tanabata Matsuri de Sendai, ou le Sansa Odori Festival de Morioka, qui sont les 5 plus grands matsuri du Tohoku ; ou bien des matsuri plus petits comme le Neputa Matsuri de Hirosaki, le Takasaki Matsuri de Takasaki ou le Goshogawara Tachineputa de Goshogawara, il était quasiment impossible de trouver un logement à proximité de tous ces festivals déjà 6 mois à l’avance.

Cette difficulté à trouver un logement a eu un impact direct sur notre programme. Il a en réalité été entièrement modulé par les disponibilités que l’on trouvait tellement il y en avait peu. Par exemple, nous avons été obligés, lors de nos 3 semaines dans le Tohoku, de prendre une nuit d’hôtel à 200 euros sur la péninsule de Tsugaru dans la préfecture d’Aomori lorsque toutes ces festivités battaient leur plein, car il n’y avait aucune autre chambre nulle part ailleurs à moins de 3 heures de route.

Vous l’aurez donc compris : si vous avez l’intention de voir des matsuri, votre première mission est d’identifier ceux auxquels vous souhaitez participer, avant même d’établir un quelconque programme !

Mais là, nouvelle difficulté : comment trouver des matsuri ?

Matsuri Japon

Je pensais naïvement qu’il serait très simple de trouver une liste exhaustive des différents matsuri du pays. En réalité, je me suis rapidement retrouvée confrontée à deux difficultés : un manque de documentation en français, et des dates approximatives.

Pour trouver des matsuri au Japon et des informations précises, deux cas de figure : du plus simple au plus compliqué.

Le plus simple, c’est lorsque vous connaissez le nom du matsuri. Une simple recherche Google « nom du matsuri + année » vous permet alors de trouver le site officiel du matsuri (exemple : le site du Sansa Odori de Morioka, ou le site du Nebuta Matsuri d’Aomori) si celui-ci est assez « gros ». Ce sont alors sur ces sites-là que vous avez le plus d’informations, et la certitude des dates. Cependant, certains de ces sites ne proposent pas de traduction anglaise, et sont donc entièrement en japonais. Pas de problème se dit-on, un outil de traducteur fera le travail. Oui, mais pas toujours. Les développeurs japonais semblent avoir quelques années de retard sur les technologies à utiliser, et il n’est pas rare d’avoir des pages entières qui sont en réalité des images, et non du texte. L’outil ne pourra donc pas traduire ce qui se trouve sur les images. Et ça, c’est très récurrent sur les sites japonais…

Le plus compliqué, c’est lorsque vous n’avez aucun nom de matsuri en tête, mais que vous avez vos dates et une localisation approximative où vous aimeriez être. J’ai longtemps cherché avant de trouver quelques sites :

  • Bon Plan Tokyo, avec ses articles Festival et ses articles Tradition, qui permet d’avoir une première liste de matsuri à Tokyo et ses alentours.
  • OmatsuriJapan, qui est le site d’une entreprise japonaise spécialisée dans l’animation de matsuri. Sur ce site, vous pouvez faire une recherche par région, par mois ou par type de festival.
  • TravelTown, la bible des matsuri que j’ai utilisé une fois sur place. Ce n’est pas le site le plus évident à utiliser, et les informations sont parfois très légères, mais il est particulièrement bien fourni et à jour. Depuis le lien fourni juste avant, je vous conseille de cliquer sur les liens « Festivals de nom de la préfecture » pour accéder à la page de la préfecture choisie, sur laquelle vous aurez accès à tous les matsuri par mois ou par type.
  • JapanCheapo, que j’ai malheureusement découvert seulement après mon voyage. J’en suis bien déçue, car c’est une véritable mine d’or. Il est l’un des sites les plus complets aux côtés de TravelTown, mais il est surtout l’un des plus faciles d’utilisation.

Une fois que vous avez établi une liste de matsuri auxquels vous souhaitez assister, ordonnez-les par date. Cette liste vous permettra d’avoir une première ébauche d’itinéraire, et vous vous rendrez sûrement compte à ce moment-là qu’il faudra faire des choix.

Pour faciliter ces choix, enregistrez les différents lieux sur une Google Maps ou autre système de votre choix. Vous commencez alors à voir un parcours qui se dessine, et vous observerez certainement que certains matsuri sont très éloignés des autres. Se pose alors la question : est-ce que je préfère celui-ci, quitte à faire un détour, ou est-ce que je préfère limiter les déplacements et je fais une croix sur celui-ci ?

Cette question, seul vous pourrait y répondre. Mais avant de prendre une décision « définitive », regardez si des hébergements sont disponibles aux dates souhaitées. Peut-être alors que vous n’aurez pas de choix à faire, car le manque de logement vous l’imposera.

Maintenant que vous avez cette base de réflexion et ces différents sites en main, vous devriez réussir à organiser votre voyage au Japon pour voir des matsuri comme bon vous semble ! Mais attention, j’insiste une nouvelle fois : anticipez ! Au plus tôt vous vous y prenez, au plus vous aurez de chance de réaliser votre parcours idéal.

Festival Sansa Odori Morioka

Les matsuri au Japon : bon à savoir

Pour finir cet article, voici une liste d’informations en vrac :

  • S’il y a bien une chose que j’ai retenue de l’organisation d’un voyage au Japon selon les matsuri qui s’y déroulent, c’est qu’on n’est jamais vraiment sûr. On ne sait pas sur quoi on va tomber (petit ? grand ? chars ? danse ?) ni si les dates sont vraiment bonnes. Bon, ça, avec les sites cités plus haut, vous ne devriez pas avoir de soucis. Mais n’empêche qu’une annulation de dernière minute ou une erreur d’inattention lors de l’organisation peuvent avoir lieu (exemple : se baser sur les dates d’une année passée sans s’en rendre compte).Par contre, le fait qu’on ne sache pas ce qui nous attend lorsque l’on décide d’assister à tel ou tel matsuri, moi, j’adore. C’est la surprise la plus totale, et je n’ai personnellement été déçue d’aucun des matsuri inconnus auxquels j’ai assisté. Au contraire, c’était l’occasion de voir des fêtes très intimistes, comme le Bon Odori dans la rue Kita Hondori en banlieue de Tokyo, où nous étions les seuls étrangers, ou le démesuré Kagurazaka Awa Odori à Tokyo.
  • Malgré le monde que certains matsuri peuvent amener, les gens viennent ici faire la fête en famille ou entre amis, et il faut dire qu’il se fait rare de pouvoir passer une soirée entouré d’autant de monde sans avoir peur de se faire faire les poches. Si j’ai tendance à rappeler quand je le peux que l’image idéalisée du Japon n’est pas une réalité, il est tout de même indéniable que c’est le pays parfait pour assister à de telles festivités l’esprit serein, avec comme seule préoccupation de profiter du moment !
  • Parmi les différents matsuri auxquels j’ai assisté, je prépare des articles dédiés pour le Sansa Odori de Morioka, le Nebuta Matsuri d’Aomori et le feu d’artifice de la Sumida à Tokyo dont je viendrais mettre les liens directement ici lorsqu’ils seront publiés.
  • Pour conclure, je terminerai cet article sur la nécessité de la location d’une voiture au Japon si vous souhaitez assister à des matsuri hors des grands axes touristiques. Je pense en effet que la présence de ces festivités est une excellente « excuse » pour s’aventurer hors des sentiers battus au Japon et découvrir un autre visage du pays du Soleil Levant !

Matsuri Japon

Et vous, vous avez pu voir des matsuri au Japon ?
Quels sont vos conseils pour organiser au mieux son voyage ?

Vous avez aimé cet article ? Vous avez une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.