Préfecture de Yamagata : Yamadera, Ginzan Onsen et les Trois Monts Dewa

Préfecture de Yamagata : Yamadera, Ginzan Onsen et les Trois Monts Dewa

Que faire dans la préfecture de Yamagata ? Yamadera, Ginzan Onsen et les Trois Monts Dewa

Remove the row

Column: 1

Comme la préfecture de Fukushima, notre passage dans la préfecture de Yamagata fut divisé en deux étapes distinctes de notre road trip :

  • l’une à l’aller, que nous avons consacré au Yamadera,
  • et l’autre au retour, où nous nous sommes arrêtés 2 nuits aux pieds des Trois Monts Dewa.

La préfecture de Yamagata partage des frontières avec la préfecture de Niigata, la préfecture de Fukushima, la préfecture de Miyagi et la préfecture d’Akita.

Elle est principalement réputée pour ses stations thermales et ses temples, les plus populaires étant les très célèbres Ginzan Onsen, pour les sources thermales, et Trois Monts Dewa, pour les temples.

Hormis les Trois Monts Dewa que j’avais déjà repéré il y a quelques années, lorsque j’organisais mon voyage de 3 mois au Japon, je n’avais pas forcément d’attentes particulières pour la préfecture de Yamagata. J’avais très envie de découvrir Ginzan Onsen, mais je savais déjà que l’été n’était pas la meilleure période pour rencontrer ce village thermal.

Et je dois dire que j’ai été agréablement surprise par ce coin du Japon, notamment par le Yamadera qui fut un véritable coup de cœur.

Column: 2

Carte Préfecture Yamagata

Cet article vous présente la préfecture de Yamagata dans sa globalité, à travers les lieux que j’ai eus l’occasion de découvrir, et d’autres lieux listés en vrac. Deux autres articles viendront compléter celui-ci, l’un pour Yamadera et l’autre pour les Trois Monts Dewa.

La préfecture de Yamagata

Yamadera

Remove the row

Column: 1

Temple Yamadera

Column: 2

Le Yamadera fut l’une de nos plus belles surprises du voyage. Je l’avais repéré en amont, il faisait donc partie de notre itinéraire, mais je ne m’attendais pas à un lieu aussi vaste, calme et imposant.

Cet immense temple bouddhiste est construit à flanc de montagne, ce qui lui vaut son nom que l’on peut traduire par « le temple de la montagne ».

1 015 marches sont à grimper pour atteindre son sommet, alors ne pensez pas y venir « vite fait » car il faudra lui consacrer au moins une demi-journée !

Son ascension m’a doucement rappelé celle du Kotohira-gū à Shikoku qui fut l’un de nos coups de cœur de nos 10 jours à Shikoku. Il faut croire que les temples accessibles par de douloureux escaliers ont quelque chose qui nous attire ! Peut-être leur singularité et les superbes panoramas qu’il nous offre une fois en haut ?

Grand complexe, le Yamadera démarre aux pieds du mont éponyme, qui se distingue par ses parois atypiques, avec différents bâtiments que l’on pourrait penser constitués à eux seuls le temple. En fait, il n’en est rien : ce n’est ici que le début d’une grande montée dans une forêt dense parsemée de plusieurs autels, jusqu’à atteindre le véritable complexe et sa vue panoramique sur la ville et ses environs.

Le Yamadera ne peut bien évidemment pas se résumer à ces quelques lignes. Pour plus de détails, et une virée au cœur du Yamadera avec moi, rendez-vous sur mon article dédié au temple Yamadera. (publication à venir)

Ginzan Onsen

Remove the row

Column: 1

Préfecture Yamagata Ginzan Onsen

Column: 2

Surement l’un des lieux les plus connus de tout notre passage dans le Tohoku, Ginzan Onsen est un nom que vous connaissez sans doute.

À défaut d’en connaître le nom, vous avez au moins déjà vu une fois une photo de ce village thermal, certainement sous la neige et de nuit.

Très touristique, Ginzan Onsen est une destination japonaise très populaire. Pour autant, le village thermal se retrouve rarement dans un itinéraire classique, mais cela s’explique principalement par son accès assez éloigné des autres grands axes touristiques.

Je savais avant d’y mettre les pieds qu’il ne fallait pas trop attendre du lieu : d’abord parce que j’y venais en plein été et en pleine journée (qui plus est, à l’heure de manger), ensuite parce que j’avais compris que le village se résumait essentiellement à cette unique cours d’eau bordé par des maisons d’époques abritant des bains thermaux, et qu’il ne fallait pas en attendre plus.

Finalement, j’ai été agréablement surprise par le fait que se cache derrière ce cliché ultra connu un petit coin de verdure et une belle cascade. En revanche, ne vous attendez pas à y être seuls. Je crois que nous n’avons pas vu autant de monde à un même endroit, en dehors des matsuri, durant tout notre séjour.

Je n’ai, pour l’instant, pas prévu de dédier un article au Ginzan Onsen. Mon passage y fut bien trop express pour cela : une, peut-être deux heures maximum si l’on compte le temps nécessaire pour se garer (les parkings étant complets) et la route à pied à faire entre le parking et le village.

De plus, ce lieu est vraiment à découvrir en hiver, sous la neige. Je me réserve donc le plaisir d’un article dédié lorsque j’aurai eu l’occasion de découvrir le village thermal le temps d’une nuit enneigée, comme tous les autres avant moi !

Michi-no-eki Tozawa

Remove the row

Column: 1

michi-no-eki Tozawa

Column: 2

C’est bien la première fois que je mets en valeur une michi-no-eki, les aires routières japonaises, sur un article comme celui-ci.

Mais c’est aussi la première fois que je tombe sur une michi-no-eki aussi atypique.

La michi-no-eki de la ville de Tozawa, que l’on trouve sous le nom de Roadside station Tozawa, est dédiée à la culture coréenne : les bâtiments adoptent l’architecture coréenne et les magasins vendent des produits coréens (alimentaires et culturels, parfait pour les amateurs de soju) avec de la k-pop en fond sonore.

Faisant face à la rivière Mogami, la michi-no-eki Tozawa offre une superbe vue, au point le plus haut de son parc, sur l’eau, les rizières et les montagnes en fond.

On y trouve également un musée, un restaurant coréen et un marché fermier. Et, encore plus que d’habitude parce que nous sommes vraiment au milieu de nulle part, nous sommes quasiment seuls sur place, la plupart des visiteurs se limitant d’ailleurs à un arrêt toilettes avant de reprendre la route.

Une bien belle surprise en bord de route !

Je ne vous dirais pas de l’ajouter à votre itinéraire et d’en faire une étape obligatoire, on parle tout de même d’une aire routière. Mais si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à vous y arrêter. D’autant plus si, comme nous, vous avez des moments de nostalgie de vos voyages en Corée du Sud.

Trois Monts Dewa

Remove the row

Column: 1

Tohoku Japon 3 semaines

Column: 2

Grand attendu de ce séjour, les Trois Monts Dewa étaient un lieu que j’ai longtemps fantasmé, et ce, depuis 2019, lorsque je préparais mon road trip en van au Japon.

Quelle ne fut pas mon énorme déception lorsque j’ai découvert que la pagode à 5 étages, bâtiment phare de ce lieu mystique, était en travaux…

Je vous en parle plus en détails dans mon article Itinéraire pour 1 mois au Japon, mais si j’avais pu savoir cela en amont, je ne serais très certainement pas passée par Tsuruoka dans le cadre de ce séjour, et j’aurais gagné 3 jours dans mon programme.

Ceci dit, il faut tout de même avouer que le lieu ne perd pas toute sa valeur juste par l’absence de sa pagode. Les Trois Monts Dewa ne se résument pas qu’à cet édifice, et même loin de là !

Découvrir les Trois Monts Dewa, c’est se lancer dans une randonnée d’1h30 en plein cœur d’une dense et impressionnante forêt où l’on grimpe par le biais de pas moins de… 2 446 marches ! Le Yamadera est un tout petit joueur à côté… L’ambiance y est d’ailleurs tout à fait différente. Celle-ci m’a plutôt rappelé Nachikatsuura et le Daimonzaka, mais avec un niveau de difficulté incomparable.

Pour plus de détails sur cette randonnée et ses trésors parsemés, rendez-vous sur mon article dédié aux Trois Monts Dewa. (publication à venir)

La préfecture de Yamagata : les autres lieux

Yamadera Prefecture Yamagata

Il est bien évidemment impossible de découvrir toutes les richesses d’une préfecture japonaise en seulement 3 jours. Comme à l’accoutumée, voici donc une liste non exhaustive de lieux à potentiellement ajouter à votre programme dans la préfecture de Yamagata :

  • Le village de Shirabu : auberges aux toits de chaume vieux de 700 ans et bains thermaux, le petit village thermal de Shirabu est une halte de choix pour ceux qui recherchent un moment de relaxation loin de tout.
  • L’arbre de Totoro : à quelques kilomètres du village de Shirabu se trouve un arbre à la forme bien particulière, celle de Totoro ! Tout rond et avec ses deux oreilles, l’arbre a été taillé de sorte a attiré les visiteurs amusés.
  • Le Mont Zao : initialement prévu au programme, nous avons fait une croix sur le Mont Zao lorsque nous avons été confrontés à la difficulté de quitter notre auberge de l’enfer (dont je vous parle dans mon article sur la préfecture de Fukushima) après une nuit de pluie diluvienne, ce qui a décalé tout notre programme de la journée. Connu pour son lac de cratère, ses sources thermales et ses stations de ski, le Mont Zao est le lieu parfait pour les amoureux de nature et sportifs.
  • Minenoura Tarumizu Iseki : à seulement 3 km du Yamadera, l’on trouve de belles formations rocheuses qui forment des cavités caractéristiques de ce que l’on observe au sommet du temple. Je suis plutôt déçue d’être passée à côté !
  • Le temple Yakushi-ji : un joli temple au bâtiment d’entrée principal imposant qui mérite l’arrêt si vous passez dans le coin.
  • Le salon de thé Somaru Maiko : pour seulement 1800 yens, vous pouvez assister ici à une danse traditionnelle de maiko, accompagnée de chants, de thés et de confiseries ! Une expérience que j’aurais aimé tester, pour une fois, mais l’établissement était fermé lors de notre passage.
  • Le sanctuaire du mont Yudono : si les précédentes montées ne vous ont pas suffi, rendez-vous au mont Yudono pour une nouvelle randonnée, du grand torii de l’entrée du sanctuaire jusqu’au sommet de la montagne.

La préfecture de Yamagata : le mot de la fin

Traversée en seulement 3 jours, la préfecture de Yamagata n’a pas pu laisser sur nous une empreinte particulièrement marquée. D’autant plus que nous sortions de nos 5 jours dans la préfecture d’Aomori qui était l’une des plus belles, voire la plus belle étape de notre road trip de 3 semaines dans le Tohoku.

Pour autant, j’ai beaucoup aimé l’image que j’en garde : une préfecture boisée et montagneuse, très calme et remplie de beaux paysages verdoyants.

Je n’ai pas beaucoup plus de choses à dire sur la préfecture de Yamagata. Je ne l’ai clairement pas assez arpentée pour pouvoir vous en parler en long et en large. Je n’éprouve pas une envie irrésistible d’y revenir, comme je peux le ressentir pour les préfectures d’Iwate et d’Aomori. Cependant, je pense y revenir un jour puisque je compte bien découvrir le village thermal Ginzan Onsen sous la neige (et y passer une nuit) et prendre ma revanche sur les Trois Monts Dewa pour enfin voir cette fameuse pagode ! Si je suis ce raisonnement, je reviendrai alors pendant un séjour hivernal.

Alors à la prochaine Yamagata, sous la neige !

Préfecture Yamagata Japon

Et vous, vous avez déjà visité la préfecture de Yamagata ?

Vous avez aimé cet article ? Vous avez une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.