Onsen et sentō : à la découverte des bains japonais

Onsen et sentō : à la découverte des bains japonais

Ah les onsen, ces bains chauds japonais où l’on vient se prélasser dans des décors idylliques… Sûrement l’un des meilleurs souvenirs des vacanciers au Japon, et tout aussi sûrement l’une des activités les plus attendues lorsque l’on prépare son voyage au Japon.

J’ai beaucoup hésité à écrire cet article, me disant qu’il y en a déjà tellement sur le sujet que je n’apporterais rien de plus. Mais force est de constater qu’il y a encore de nombreuses questions soulevées par les futurs voyageurs, alors autant apporter ma contribution.

Pour commencer, parlons des différences entre un onsen et un sentō, puisqu’en effet beaucoup ne connaissent pas le terme de sentō et ne distinguent pas non plus la nuance.

Les différences entre un onsen et un sentō

Si la majorité d’entre vous a déjà entendu parler des onsen, il en est sûrement moins pour les sentō. La raison est assez simple : il est fréquent de confondre les deux. De ce fait, on entendra bien souvent parler de onsen même si c’était un sentō, tout simplement parce que la différence n’a pas été faite.

La différence entre un onsen et un sentō est l’eau : les onsen sont des bains thermaux qui utilisent une source thermale généralement naturellement chaude, ce qui n’est pas le cas des sentō. Onsen veut d’ailleurs dire source thermale, tandis que sentō signifie bain. Les onsen sont donc des onsen sentō.

Remove the row

Column: 1

préfecture ehime dogo onsen

Column: 2

À l’origine, les onsen étaient des bains extérieurs : des rotenburo. Pendant l’époque d’Edo (1603-1868), les onsen en intérieur ont vu le jour, ainsi que le développement de structures annexes comme la restauration ou l’hébergement. D’ailleurs, le terme onsen est également employé pour désigner l’ensemble de ces structures : le bain et tout ce qui l’entoure. C’est pour cela, par exemple, qu’on parle du Dogo Onsen dans la préfecture d’Ehime : le terme désigne ici l’établissement en lui-même.

Et c’est là la seconde différence entre un onsen et un sentō : la raison pour laquelle on y va. Lorsque l’on va dans un onsen, ce n’est pas pour se laver, mais pour se prélasser !

En revanche, les sentō, eux, sont avant tout des bains publics prévus pour la toilette, bien qu’ils permettent également de se prélasser. Puisqu’en effet, à l’origine les sentō ont vu le jour pour répondre à un besoin bien précis : l’absence de salles de bains dans les biens privés. C’était donc des « salles de bain de quartier ».

Aujourd’hui, des sentō, il en existe de tous les types : du plus basique au plus prestigieux, et ce sont notamment ces derniers qui peuvent être confondus avec des onsen.

Petite astuce

Pour identifier une bain une fois sur place, que ce soit un onsen ou un sentō, chercher les symboles ou  que vous verrez sur les devantures.

Quelques règles à connaître

Nous pouvons citer 3 règles primordiales à connaître avant d’aller dans un onsen ou un sentō :

  • Tout d’abord, je pense que je n’apprends rien à personne en disant cela, mais il est important de le rappeler : la grande majorité des onsen  interdisent l’entrée aux personnes tatouées. Pour les sentō, ce n’est pas le cas. Vous pouvez y aller tatoués dans la quasi-totalité des cas !

Dans le doute, si vous êtes tatoués, voici un site qui répertorie tous les bains acceptant les personnes tatouées : Tatoo Friendly. Demandez tout de même toujours à l’accueil si le tatouage est accepté ou non.

Et si vous vous posez la question des piercing, pas de soucis avec ça. L’interdiction se limite aux tatouages. Cependant, si vous préférez être discret, vous trouvez un multitude de retainers invisibles sur ce site de vente piercing.

Pour comprendre cette interdiction des tatouages dans les onsen au Japon, il faut remonter à une époque où seuls les yakuza étaient tatoués. Pour protéger leur établissement et leur clientèle, les bains japonais ont tout simplement interdit l’entrée aux personnes tatouées, pour ne pas cibler explicitement les yakuza. Bien qu’aujourd’hui l’exclusivité des tatouages au yakuza n’est plus d’actualité, la coutume reste bien ancrée et il semble très difficile pour les japonais de faire évoluer cette mesure (cf. Nippon).

  • Ensuite, une autre règle très importante : on est entièrement nus dans un onsen ou un sentō ! Pas de serviettes dans les bains. Et ne pensez pas au maillot, c’est totalement interdit (sauf dans les établissements spéciaux).
  • Et enfin : on se lave AVANT de rentrer dans les bains, que ce soit pour un onsen ou un sentō.

À savoir

Que ce soit dans les onsen ou les sentō, vous trouverez quasiment toujours de quoi vous lavez. Gel douche, shampoing, après-shampoing, nettoyant pour le visage… Il y a tout le nécessaire mis à votre disposition. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez généralement en acheter sur place.

À quoi ressemblent les onsen et les sentō ?

Remove the row

Column: 1

Que ce soit pour les onsen ou les sentō, la séparation des genres est majoritairement toujours présente. Rares sont les bains mixtes, bien qu’il en existe tout de même.

Nous remercierions les occidentaux fraichement débarqués au Japon pendant l’Ère Meiji (1868-1912) qui jugeaient cette coutume « sauvage » (cf. Nippon).

De ce fait, quand vous entrez dans un onsen ou un sentō, vous tomberez donc d’abord nez à nez avec deux noren (les rideaux de portes japonais) distinguant les entrées : un rouge avec le kanji de la femme (onna) et un bleu avec le kanji de l’homme (otoko) .

Column: 2

sento japon

Remove the row

Column: 1

sento japon

Column: 2

Derrière les noren se trouvent les vestiaires équipés, entre autres, de casiers, de lavabos, de sèche-cheveux etc.

L’espace bain est divisé en deux parties, plus ou moins séparées : une partie où l’on se lave et une autre où l’on se prélasse.

L’espace toilette est généralement toujours le même : des petits espaces plus ou moins cloisonnés (ou pas du tout) équipés de tabouret, miroir, pommeau de douche, saut … L’espace bain, lui, diffère considérablement d’un établissement à un autre.

Et c’est justement là toute la beauté de ces bains : leur unicité.

Du petit sentō en bord de route dans la campagne profonde au prestigieux onsen à Hakone, on trouve tous types d’établissement, et aucun ne se ressemble. Dans certains il n’y aura qu’un bain chaud assez sommaire, d’en d’autres on y trouvera une multitude de bains, dont certains en extérieur, avec des jets d’eau, des remous etc.

La décoration est également très différente de l’un à l’autre, on peut s’attendre à des murs très basiques unicolores et quelques peu délavés, et à l’inverse à des fresques murales aussi impressionnantes qu’enivrantes. Il y a toute une dimension artistique autour des bains japonais qui est impressionnante par leurs différents styles.

Où trouver des onsen et des sentō au Japon ?

On trouve très régulièrement des onsen dans les ryokan, les auberges traditionnelles japonaises, et dans certains shukubo, le logement chez les moines et des sento très modernes dans les grands hôtels comme le APA Hotel Pride Kokkaigijidomae ou le Mitsui Garden Hotel Gotanda. Certains ryokan permettent même de privatiser les bains disponibles pour 30 minutes ou 1 heure.

Attention, même dans les hôtels, ryokan ou shukubo, l’entrée peut vous être interdite si vous êtes tatoué !

En dehors des espaces hôteliers, vous pouvez trouver des onsen ou des sentō un peu partout au Japon, et même dans certaines michi-no-eki, les aires d’autoroutes japonaises. Et si vous voulez préparer une petite liste avant votre départ, procurez-vous Sentō : l’art des bains japonais que je vous présente dans les nouveautés livres Japon de fin 2020 (à venir prochainement).

Si vous louez une voiture au Japon, vous pourrez tomber sur de nombreuses villes thermales comme le village Yunomine Onsen. Situé dans la préfecture de Wakayama, on peut y privatiser pendant 30 minutes le seul bain inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO où la baignade est autorisée !

Le tarif moyen d’un sentō se situe entre 100 et 500 yens (entre 1 et 4 euros). Pour un onsen, c’est un poil plus cher, mais les prix restent généralement en dessous des 1 000 yens (en dessous de 9 euros).

Pour ma part, le budget pour ces 3 mois au Japon n’étant pas extensible, il y a eu des concessions à faire et les bains en ont fait parti. Nous nous sommes donc limités aux bains « nécessaires », comme ceux sur les michi-no-eki, et aux bains disponibles dans les établissements où nous avons logés. Mais les futurs voyages seront plus « classiques », et j’espère pouvoir en profiter pour tester pleins de onsen et sentō au Japon !

Et vous, vous avez déjà testé l’expérience des onsen et sentō au Japon ?
Quel est le meilleur bain que vous avez pu découvrir ?

Vous avez aimé cet article ? Vous avez une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires

  1. 9 novembre 2020 / 11 h 48 min

    Intéressant d’en apprendre plus, je ne savais pas qu’il y avait des types différents. Nous avons testé le bain japonais (sento je pense lol) dans un ryokan. C’était un bain privé, c’était super (et du coup pas de soucis par rapport à mes tatouages) 🙂

    • 11 novembre 2020 / 9 h 34 min

      Oui c’est de loin le meilleur moyen pour profiter d’un bain sans être embêté par les tatouages : prendre une chambre avec un bain privé !

  2. Itinera Magica
    9 novembre 2020 / 15 h 53 min

    C’est un univers tellement exotique et à part pour nous, tellement différent ! merci pour cet éclairage 🙂

    • 11 novembre 2020 / 11 h 04 min

      Avec plaisir ! Un très bel univers 🙂

  3. japankudasai
    21 novembre 2020 / 11 h 10 min

    Je ne sais pas si tu as vu, mais les éditions SULLY vont sortir prochainement un bouquin sur les sentos (avec la contribution de Joranne !). Il est en pré-commande pour le moment 🙂

    • 21 novembre 2020 / 11 h 13 min

      Oui il est bien évidemment sur ma wishlist !! 😀