Préfecture d’Ehime : que faire ? De Matsuyama aux villages traditionnels

Préfecture d’Ehime : que faire ? De Matsuyama aux villages traditionnels

Remove the row

Column: 1

La préfecture d’Ehime est la deuxième plus grande préfecture de Shikoku.

Située à l’ouest de Kochi, elle est composée de plusieurs petites îles et se distingue par sa production d’orange dont les habitants sont très fiers.

Attendez-vous, en venant dans la préfecture d’Ehime, à voir les oranges sous toutes leurs coutures ! N’hésitez d’ailleurs pas à les goûter malgré les prix un peu excessifs.

Au-delà de cette particularité, la préfecture d’Ehime est aussi connue pour ses beaux paysages, ses villages traditionnels et Matsuyama, la plus grande ville de Shikoku.

Je me répète au cas où vous arriveriez sur ce blog par cet article : comme d’habitude, je présente ici rapidement les différents points d’intérêts de la préfecture d’Ehime, et de futurs articles viendront détaillés chacun d’entre eux (à venir).

Column: 2

Préfecture Ehime carte

Lincun — 国土交通省 国土数値情報(行政区域)

Que faire dans la préfecture d’Ehime ?

Château de Matsuyama

Remove the row

Column: 1

château de matsuyama

Column: 2

Le château de Matsuyama se dresse au sommet du mont Katsuyama. Haut de seulement 132 mètres cela permet de profiter d’une petite balade offrant une belle vue.

C’est un « hirayama-jiro », soit un « château en hauteur ».

Le château de Matsuyama possède un très grand complexe entre ses jardins et son intérieur.

Avec sa vue imprenable sur la ville, nous avons profité du château de Matsuyama seulement en extérieur, mais celui-ci peut se visiter.

Dogo Onsen

Remove the row

Column: 1

Le Dogo Onsen est le fameux onsen qui a inspiré Miyazaki pour son film Le Voyage de Chihiro.

Situé dans la ville de Matsuyama, c’est l’un des plus vieux onsens du monde avec environ 3 000 ans d’ancienneté (cf. Ana).

On y trouve plusieurs bains thermaux répartis sur 3 étages. Souvent qualifié de « labyrinthe » par ses visiteurs, le Dogo Onsen promet un bon hors du temps très convoité.

Cette source thermale est très réputée, autant chez les locaux que chez les étrangers. Ne vous attendez donc pas à être seuls sur place.

Attention

Le Dogo Onsen est en travaux depuis janvier 2019 jusqu’à 2026. Vous pouvez tout de même profiter des bains cette période-là.

Column: 2

préfecture ehime dogo onsen

Uchiko

Remove the row

Column: 1

Uchiko préfecture ehime

Column: 2

Petit village traditionnel caché aux seins des vallées de la préfecture d’Ehime, Uchiko possède tout un quartier très bien préservé de l’ère Meiji.

De son petit nom Yokaichi, le quartier historique d’Uchiko est totalement déserté.

On y trouve de nombreuses maisons namako, comme nous en avions vus dans le village de Matsuzaki dans la péninsule d’Izu, et des habitations de marchands.

Si vous cherchez de l’authenticité, la préfecture d’Ehime a beaucoup à offrir, et Uchiko en est un parfait exemple.

Comme tout est écrit en japonais et que les rues étaient vides, nous n’avons pas eu connaissance sur place des différentes visites qui peuvent être réalisées dans le quartier de Yokaichi.

Je vous laisse donc avec l’article de Voyapon si vous voulez en savoir plus.

Ōzu

Remove the row

Column: 1

Second village traditionnel que nous avons découvert dans la préfecture d’Ehime, et mon préféré : Ozu.

Principalement connu pour son château, la ville d’Ozu m’a personnellement charmé pour son quartier historique.

Comme Uchiko, le quartier traditionnel d’Ozu est déserté.

Cela est à la fois perturbant, on se demande si des gens y vivent encore, et à la fois plaisant, car on profite de tout ce qu’il a dans un calme absolu.

Mais contrairement à Yokaichi, le quartier d’Ozu est très grand et bien indiqué.

On a donc pu déambuler parmi les différents points d’intérêts très facilement, et découvrir avec joie la Pokopen Yokocho, une place où se tient un marché d’antiquités tous les dimanches d’avril à novembre (cf. Voyapon).

Column: 2

préfecture ehime ozu

Malheureusement pour nous nous n’étions pas sur place un dimanche, mais un lundi (à un jour près ! rah la frustration, si on avait sû …). Mais j’ai tellement aimé ce lieu, même vide, que je compte bien assister à ce marché la prochaine fois !

Un peu à l’image des villages traditionnels de la préfecture d’Hiroshima, Ozu est un parfait exemple de l’authenticité japonaise loin des foules de Kyoto.

La cascade de Kasen

La cascade de Kasen est un spot que nous avons trouvé sur la route en suivant un panneau « Waterfall » croisé quelques kilomètres plus tôt.

Comme pour la cascade d’Hiryu, nous sommes venus un jour où le débit était plutôt bas, rendant la cascade assez quelconque. Mais si je la cite ici, c’est pour sa petite bambouseraie qui, elle, était vraiment sympa à découvrir.

Je ne suis pas allée à la fameuse bambouseraie de Kyoto, Arashiyama, tout simplement parce qu’en passant rapidement en van devant j’ai pris peur envoyant la foule qui s’y trouvait. La bambouseraie de la cascade de Kasen fut donc une très bonne alternative que je vous recommande si vous êtes dans le coin.

Et comme toujours : nous étions totalement seuls sur place !

Remove the row

Column: 1

La cascade de Kasen

Column: 2

La cascade de Kasen

Column: 3

La cascade de Kasen

Kurushima Strait Observatory

Remove the row

Column: 1

préfecture ehime kurushima observatory

Column: 2

Le point d’observation de Kurushima est le dernier arrêt que nous avons fait dans la préfecture d’Ehime avant de rejoindre la préfecture de Kagawa.

Au-delà d’être un excellent spot de photos, c’est aussi un très bon endroit pour observer toutes les îles de la Mer intérieure du Japon.

On trouve sur place une boutique de souvenirs ainsi qu’un petit espace où se tient une exposition.

Lors de notre passage, celle-ci concernait les tourbillons de Naruto dont je vous parle dans mon article sur la préfecture de Tokushima (à venir).

Pour une vue un peu plus en hauteur, vous pouvez aussi allez voir son voisin l’Itoyama observatory.

Et ensuite ?

Pour les plus courageux : la piste cyclable de Shimanami Kaidō permet de relier la préfecture d’Ehime à Onomichi, dans la préfecture d’Hiroshima. J’aimerais beaucoup l’arpenter un jour ! Les retours que j’en ai eu disent que c’est assez fatiguant, mais tout à fait réalisable.

La préfecture d’Ehime : un sentiment mitigé

Tout comme le reste de notre passage à Shikoku, le temps sur place a été bien trop court et nous avons survolé la préfecture d’Ehime.

J’ai tout particulièrement aimé Ozu et son quartier traditionnel, c’est de loin le meilleur souvenir que je garde de la préfecture d’Ehime.

Je n’ai pas visité le Dogo Onsen, mais j’irais surement faire un tour dans ses bains lorsque sa rénovation sera terminée. J’ai donc du temps devant moi !

Quant aux restes, j’aimerais beaucoup faire l’ascension du Mont Ishizuchi. Sur le coup j’ai eu peur de ne pas y arriver, mais maintenant que j’ai grimpé le Mont Daisen je m’en sens capable ; et j’aimerais aussi emprunter la piste cyclable dont je vous parle plus haut.

La préfecture d’Ehime n’a pas été ma préférée de Shikoku, mais il est difficile de juger car notre parcours a été assez limité et n’est finalement pas trop sorti des sentiers battus.

En bref, je vais finir cet article avec la même conclusion que chaque article sur les différentes préfectures de Shikoku : je reviendrais un jour, c’est sûr !

Dogo Onsen phoenix

Et vous, vous êtes déjà allés dans la préfecture d’Ehime ? 
Si oui, qu’est-ce que vous y avez fait ? 
Si non, connaissiez-vous ces lieux avant de lire cet article ? Et avez-vous envie d’y aller ?

Vous avez aimé cet article ? Vous avez une question ? N'hésitez pas me laisser un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.