Miyajima : « l’un des plus beaux sites du Japon » ?

Miyajima : « l’un des plus beaux sites du Japon » ?

 Miyajima en une journée : que faire ? 

Présentée comme un véritable incontournable lors d’un séjour au Japon, l’île d’Itsukushima était clairement sur ma to-do list de ces 3 mois au pays du Soleil-Levant.

Il était totalement impensable pour nous de ne pas découvrir la si réputée Miyajima, considéré par la grande majorité comme « l’un des plus beaux sites du Japon ».

Île sacrée au torii rouge flottant, Miyajima est bien souvent mise en valeur de la même façon que peut l’être Kyoto : c’est une représentante de l’authenticité japonais qui fait rêver bien des voyageurs.

Mais je vais être directe : ce ne fut pas mon cas.

De la même manière que j’ai été déçue de Kyoto, Miyajima est à mes yeux un simple site touristique mis en valeur au détriment d’autres, mais sans plus-value.

Et je dirais même que ma déception pour Miyajima a été plus forte que celle pour Kyoto, car si Kyoto rime bien souvent avec authenticité, Miyajima, elle, rime généralement avec des termes plus oniriques. Pourtant, ma visite de Miyajima n’a rien eu qui puisse s’apparenter à un rêve.

Comment rejoindre Miyajima ?

Daisho-in Miyajima

Située à seulement quelques kilomètres d’Hiroshima, je pensais initialement qu’un ferry depuis cette ville reliait directement Miyajima.

En réalité, si vous souhaitez prendre un bateau qui relie Hiroshima à Miyajima, il faut compter dans les 2 000 yens (environ 16,50 euros) et 50 minutes de trajet.

Il est donc vivement conseillé aux visiteurs de prendre le ferry au départ d’Hatsukaichi.

Pour cela, rendez-vous au port de Miyajimaguchi :

  • Voyapon vous explique le trajet à suivre si vous n’êtes pas véhiculé.
  • Si vous êtes véhiculés, vous trouverez facilement des parkings à proximité. Nous avons choisis celui-ci et avons payés 500 yens pour toute la journée.
  • Au port de Miyajimaguchi, vous aurez le choix entre deux compagnies.
  • Si vous avez un JR Pass, votre trajet est gratuit avec la compagnie JR.
  • Sinon, pour les deux concurrents le prix reste le même : 360 yens A/R (environ 3 euros).
  • Comptez 10 minutes de traversée.
  • Un bateau part toutes les 15 minutes.
  • Vous trouverez ici les horaires des deux compagnies.

Miyajima en un jour : que faire ?

Itsukushima-jinja

Itsukushima-jinja Miyajima

Le sanctuaire Itsukushima, qui a donné le nom officiel à l’île qui l’abrite, est le plus connu de Miyajima.

Son immense torii rouge flottant est l’emblème de l’île : des milliers de visiteurs viennent à sa rencontre chaque jour. Sa réputation n’est plus à faire.

Et en effet, il faut avouer que ce torii est particulièrement impressionnant de par sa taille et sa position. Planté là, les pieds dans l’eau, il permet d’observer les montagnes et les villes en arrière-plan, tout en profitant de son esthétisme.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur la signification de ce torii et sa construction, je vous invite à lire l’article de Visit Miyajima Japan.

Attention : le torii de Miyajima est actuellement en travaux, il est donc caché sous une bâche. Aucune date de fin n’a été annoncée.

Si on voit beaucoup de photos du torii, on en voit un peu moins du sanctuaire en lui-même. Et je ne pourrais pas vraiment vous en fournir, puisque j’ai choisis de ne pas le visiter. En revanche, Kanpai vous propose une belle visite bien illustrée.

Comptez 300 yens pour le visiter, ouvert tous les jours de 6h30 à 17h ou 18h selon la période de l’année. La vue sur le torii est, elle, gratuite.

Daisho-in

Daisho-in Miyajima

Remove the row

Column: 1

Daisho-in Miyajima

Column: 2

Daisho-in Miyajima

Mon GROS coup de cœur à Miyajima.

Le temple Daisho-in est, à mes yeux, la seule raison pour venir à Miyajima.

Je suis totalement en amour pour ce temple que je trouve fabuleux, il est donc difficile d’être objective, et peut-être que pour certains j’en fais trop. Mais j’ai passé une bonne heure dans ce temple, à contempler chaque détails de ses 500 statues Rakan, disciple d’un des 13 bouddhas de la secte Shingon (cf. Japanda).

Situé au pied du Mont Misen, le Daisho-in est composé de nombreux pavillons avec des contenus très variés. Plusieurs chemins sont possibles, un entouré des statues Rakan, un autre plus central avec une vision globale sur site ou encore un menant directement sous un magnifique pavillon rond posé sur l’eau.

Le complexe est très grand, et la porte d’entrée, la Niomon Gate, annonce tout de suite la couleur : nous sommes ici dans un temple aux mille merveilles.

Parmi les différents pavillons du magnifique Daisho-in vous trouverez :

  • Le Daishi-do Hall, où, lors de notre passage, nous avons pu découvrir une collection numérotée et nommée de plusieurs bouddhas. Plusieurs bouddhistes y viennent prier.
  • Le Maniden Hall, entouré d’érables aux couleurs vives, qui offre une vue sur tous les alentours. Avec un peu de chance vous aurez l’occasion d’assister à une cérémonie.
  • La Henjyokutsu Cave, une immense pièce faiblement éclairée par des centaines de lanternes où l’on trouve tout un tas de statues représentants les principales icônes bouddhistes du pèlerinage des 88 temples de Shikoku. Sans aucun doute mon pavillon préféré.

Étrangement, le Daisho-in n’est pas si connu du grand public. Et la plupart des visiteurs se limitent aux Itsukushima-jinja et Mont Misen.

Je ne peux que vous conseiller d’aller au Daisho-in, qui est l’un des plus beaux temples bouddhistes que j’ai pu découvrir au Japon.

Daisho-in Miyajima

Remove the row

Column: 1

Daisho-in Miyajima

Column: 2

Daisho-in Miyajima

Daisho-in Miyajima

Remove the row

Column: 1

Daisho-in Miyajima

Column: 2

Daisho-in Miyajima

Daisho-in Miyajima
Mont Misen

Ma GROSSE déception.

Le Mont Misen est présenté comme un incontournable du Japon, une véritable pépite. Son ascension et la vue en son sommet sont réputées, et beaucoup font le déplacement pour.

3 chemins de randonnées s’offrent à vous pour monter et descendre le Mont Misen et pourtant, 2 d’entre eux n’ont absolument rien d’extraordinaire. Ils sont même particulièrement longs et ennuyants. Et lorsqu’on pense qu’il y a de merveilleuses randonnées au Japon telle que l’incroyable ascension du Mont Daisen, je me dis que tout n’est vraiment qu’une question d’image préconçue.

Pour grimper le Mont Misen, deux options :

  • Le téléphérique qui ne coûte pas moins de 1 000 yens le trajet (environ 8 euros) et 1 800 yens l’A/R (environ 15 euros). Plus d’informations par ici.
  • Emprunter l’une des 3 chemins : le Momiji, le Daisho-in ou le Omoto.

Nous avons choisis de toute faire en randonnée, et nous avons donc du faire un choix parmi les 3 chemins :

  • Pour la montée, nous avons emprunter le chemin qui se trouve derrière le Daisho-in. Ce chemin de randonnée est principalement composé d’escaliers. Plus d’1h30, quasiment 2 heures, de marche sous le soleil tapant sur des escaliers sans charmes. Quelques vues de temps en temps mais c’est tout. Je n’ai vraiment pas aimé cette randonnée qui m’a mis en grande difficulté à cause du manque d’ombre et de sa monotonie.
  • Pour la descente, nous avons choisi le chemin Momiji. Tout se fait en forêt, sous les arbres, ce qui est beaucoup plus agréable. Ce chemin est plutôt plaisant mais n’a rien d’exceptionnel. Il doit être plus sympathique pendant la période des érables (momiji en japonais) où ces derniers sont tout de rouge vêtus.

(Les photos ci-dessous n’illustrent aucune de ces 2 randonnées. Elles correspondent à ce qu’on voit au sommet du Mont Misen)

Remove the row

Column: 1

Miyajima Mont Misen sommet

Column: 2

Miyajima Mont Misen sommet

Column: 3

Miyajima Mont Misen sommet

Au sommet du Mont Misen se trouvent 2 plateformes d’observation : l’une au point culminant du mont (Mount Misen Observatory), l’autre un peu plus bas (Shishiiwa Observatory). Le premier est le plus difficile d’accès, puisque le plus en hauteur, le second se trouve tout à côté du téléphérique et du point de départ/d’arrivée du chemin Momiji.

L’observatoire du Mont Misen met à disposition un bâtiment permettant de se reposer avec une vue à 360° sur les alentours.

Malgré un temps très dégagé, la vue était assez gâchée par la pollution environnante … Du coup, on ne voit pas jusque bien loin.

Peut-être que le nuage était particulièrement épais à cause de facteurs météorologiques qui m’échappent, mais avoir douillé dans une randonnée sans charme simplement pour observer la pollution des villes ne m’a pas réellement enchantée.

Et puis il faut s’y attendre : le spot est totalement blindé. En soit ça n’est pas forcément dérangeant puisque c’est assez grand, mais je ne supporte plus de voir tous ces gens monter sur tel ou tel rocher alors qu’il est clairement écrit que c’est interdit, ou de faire voler des drones pour alimenter leur fabuleux compte Instagram alors que c’est également interdit.

Le sommet du Mont Misen a donc été pour moi synonyme de témoignage de non-respect des lieux, avec ses visiteurs, et de pollution, avec sa vue.

Vous me direz que tout cela n’est qu’une question de « bon ou mauvais moment ». Et c’est vrai ! Je n’y étais surement pas au bon moment. Mais tout cela fait que j’en garde un souvenir très mitigé.

Remove the row

Column: 1

Miyajima Mont Misen sommet

Column: 2

Miyajima Mont Misen sommet

Miyajima en un jour : le bilan

Mon avis sur Miyajima est très mitigé.

Oui c’est joli, mais non ce n’est pas extraordinaire. Le site n’a rien de « magique », et il est malheureusement victime de son succès.

Le torii est très impressionnant, et le Daisho-in est tout simplement magnifique ; mais en dehors de ça Miyajima, ou Itsukushima, n’a rien de bien plus intéressant que la péninsule d’Izu ou la préfecture de Wakayama dans la péninsule de Kii.

Comme pour Kyoto, ce qui me dérange dans la réputation de Miyajima c’est que certains voyageurs font des tonnes de kilomètres, et dépensent énormément dans un JR Pass, pour voir quelque chose qui n’a rien de plus qu’un autre. Ils pourraient profiter d’un voyage au Japon bien plus authentique, mais ils sont influencés par ce que tout le monde en dit : « c’est magique, il faut absolument y aller ! »

Le Japon est un pays tellement riche en terme de patrimoine et de culture que je trouve ça vraiment dommage de se limiter aux spots les plus touristiques qui ne se différencient que par leur réputation.

Si je n’avais été au Japon que 2 ou 3 semaines et que j’avais découvert Miyajima dans ce cadre-là, j’aurais été vraiment déçue.

Miyajima

Remove the row

Column: 1

Itsukushima-jinja Miyajima

Column: 2

Miyajima plage

Et vous, vous avez découvert découvert Miyajima ? 
Si oui, avez-vous aimé ou avez-vous été déçus ? 
Si non, est-ce une destination qui vous fait rêver ?

10 commentaires

  1. japankudasai
    12 novembre 2019 / 21 h 09 min

    Vraiment excellent, je me retrouve à 100% dans ton article ! J’ai d’ailleurs écrit à peu de choses prêt les mêmes ressentis sur mon blog, je suis totalement d’accord avec toi. Là où Miyajima remonte davantage en côte pour moi, c’est que j’ai eu la chance d’y passer une nuit en Ryokan (Iwaso, une petite perle !). L’expérience dans cet établissement était top, mais surtout, on a eu l’île pour nous tous seuls le soir, plus aucun touriste, et le torii illuminé ! C’était vraiment un super moment mais effectivement sans la foule de la journée proche de Disneyland.

    • 13 novembre 2019 / 11 h 15 min

      Mais oui, j’avais vue ton article en me disant « Faut que je le lise ! » et puis j’ai oublié … ^^’ Je vais donc aller voir ça 😉 J’imagine en effet que de nuit le lieu doit être bien plus appréciable !
      J’ai d’ailleurs souvent entendu dire qu’il était vivement conseillé de prendre une nuit sur place. Peut-être que j’essaierais la prochaine fois 🙂
      En tout cas je suis rassurée de ne pas être la seule à avoir été déçue ! Certains idéalisent tant le Japon qu’ils acceptent mal les critiques sur ce pays ^^

  2. Ridouane
    17 novembre 2019 / 17 h 42 min

    J’adore! Tu me fais voyager 😍❤️

  3. 17 novembre 2019 / 18 h 32 min

    Sympa ton article! je ne connais pas le japon, donc c’est vraiment un article découverte. Merci de nous faire voyager. Une petite question: les bonnets sur les statues de moines, c’estvpourquoi?

    • 26 novembre 2019 / 13 h 27 min

      Les statues Jizo portent des bonnets rouges pour symboliser la protection. Ce sont des gardiens qui accompagnent les âmes des enfants partis trop tôt. Je ne maîtrise pas super bien le sujet donc si ça t’intéresse je te conseille de chercher sur les moteurs de recherche « Bouddha Jizo » ou « Jizo signification » :).

  4. Mat
    18 novembre 2019 / 16 h 09 min

    Olala magnifique

    • 26 novembre 2019 / 13 h 28 min

      Ah le Japon est très enchanteur oui ! 🙂

  5. 22 novembre 2019 / 9 h 21 min

    J’avais plusieurs articles en attente de lecture sur ton blog. Je profite de cette matinée pour y remédier 🙂
    J’ai pensé pendant toute la lecture « ah voilà un chouette endroit qui m’attire davantage à visiter le Japon », puisque cet aspect culturel me plait. Je découvre ton avis à la fin plutôt mitigé et sur ce point je suis d’accord avec toi: je préfère voir des sites « secondaires » plutôt que d’aller voir les lieux trop touristiques, bien souvent victimes de leur succès.

    • 26 novembre 2019 / 13 h 42 min

      Ahah en effet il y a beaucoup de lectures !
      Si c’est cet aspect du Japon qui t’intéresse le plus, je te conseille de lire mes articles sur la préfecture d’Hiroshima et la préfecture de Wakayama, et (lorsqu’ils seront sortis) mes différents articles sur l’île de Shikoku ! 🙂
      En effet le constat final est mitigé à cause du tourisme mais également à cause de la surmédiatisation de ce lieu … Mais bon, si cela permet de dégorger d’autres lieux pour les préserver, pourquoi pas ! :p

Vous avez aimé cet article ? Vous avez une question ? N'hésitez pas me laisser un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.